Main navigation French

Canadian Public Health Association

24 février 2021 14 h 00 HNE

Évaluation des changements survenus dans les comportements de santé aux premiers stades de la pandémie

Présentateurs :

  • Anna Zajacova, auteur
  • Matthew Stackhouse, auteur
  • Anthony Jehn, auteur
  • Howard Ramos, auteur
  • Patrick Denice, auteur
  • Samantha Ghanem, Présentatrice - professionnelle en début de carrière

Animateur : Monica Emode

Résumé
Objectifs
La pandémie de COVID-19 perturbe profondément la vie quotidienne au Canada. Notre étude évalue les changements survenus dans les comportements de santé aux premiers stades de la pandémie et examine les disparités sociodémographiques associées à ces changements.

Méthode
Nous analysons les données sur les adultes de 25 ans et plus (N = 4 383) tirées de la Série d’enquêtes sur les perspectives canadiennes 1 : Répercussions de la COVID-19 (SEPC-COVID) d’usage public. Des modèles de régression multinomiale permettent d’évaluer l’association entre les caractéristiques démographiques et socioéconomiques et les augmentations ou les diminutions de six comportements de santé : usage de l’alcool, du tabac et du cannabis, consommation d’aliments vides et temps passé devant la télévision et sur Internet.

Résultats
Nos constatations varient entre ces six comportements, mais dans l’ensemble, il y a eu une augmentation des comportements de santé négatifs : 14 % des Canadiens adultes ont dit avoir accru leur usage de l’alcool (IC de 95 % = 0,12, 0,15), 25 % ont accru leur consommation d’aliments vides (IC de 95 % = 0,23, 0,27), et plus de 60 % ont accru leur temps d’écran (62 %, IC de 95 % = 0,60, 0,65 pour la télévision et 66 %, IC de 95 % = 0,63, 0,68 pour Internet). Les jeunes adultes et les adultes nés au Canada étaient plus susceptibles d’avoir accru leurs comportements de santé négatifs que les adultes âgés et ceux ayant immigré au Canada. Les adultes ayant dit subir des contrecoups financiers de la COVID-19 étaient plus susceptibles d’avoir accru tous leurs comportements de santé négatifs (p. ex., pour la consommation accrue d’aliments vides, le rapport de risque relatif [RRR] = 1,81, IC de 95 % = 1,49, 2,20, comparativement au groupe n’ayant pas subi de contrecoups financiers).

Conclusion
Notre étude décrit la détérioration globale des comportements de santé aux premiers stades de la pandémie de COVID-19. Pour réduire les torts que cela peut causer à long terme à la santé de la population canadienne, il faut, selon les résultats, adapter les interventions, surtout aux jeunes Canadiens, et atténuer les contrecoups financiers de la pandémie, qui sont liés à des changements négatifs dans les comportements de santé.