Main navigation French

Canadian Public Health Association

Réduire le nombre de morts et de blessés sur nos routes

En moyenne, sept Canadiens par jour perdent la vie dans des accidents de la route et le nombre de personnes se retrouvant grièvement blessés est bien plus important. Les accidents de voiture tuent plus d'enfants que tout autre incident qui tend à causer des blessures.

Les bonnes nouvelles

Le nombre de décès sur nos routes a été réduit à moins de 2 500 par année, alors qu'au milieu des années 1970, quelque 6 000 Canadiens et Canadiennes y perdaient la vie chaque année. Cette réduction peut être attribuée à un certain nombre de facteurs, notamment les nouvelles normes de sécurité des véhicules automobiles, les techniques améliorées de construction routière et les routes à quatre voies à chaussées séparées, l'application plus stricte du code de la route, les changements d'attitude et de comportement à l'égard des questions de sécurité routière et l'amélioration du traitement médical des traumatismes.

Collision de véhicules
Comparaison de la capacité de résistance au choc d'une voiture d'hier et d'aujourd'hui lors d'un essai de décalage en choc frontal à 40 mi/h entre une Chevrolet Bel Air de 1959 et une Chevrolet Malibu de 2009

Dispositifs de sécurité des véhicules

Les véhicules d'aujourd'hui sont beaucoup plus sécuritaires qu'autrefois. Non seulement de nouveaux dispositifs tels que les ceintures de sécurité, le contrôle électronique de stabilité, les phares de jour et les coussins gonflables ont-ils été ajoutés, mais les mécanismes comme les freins et les pneus font l'objet d'améliorations constantes. En outre, les normes de conception des sièges d'auto pour les enfants ont été améliorées et leur utilisation est en hausse.

1971 : Les ceintures de sécurité sont obligatoires dans les nouveaux véhicules

Transports Canada exige, depuis le début des années 1970, l'installation de ceintures de sécurité dans tous les nouveaux véhicules automobiles circulant au pays. Tous les gouvernements provinciaux et territoriaux ont adopté des lois qui rendent obligatoire l'utilisation de la ceinture de sécurité et d'ensembles de retenue pour enfant. Aujourd'hui, 93 % des Canadiens et Canadiennes utilisent leur ceinture de sécurité. Chaque point de pourcentage qui s'ajoute à l'utilisation de la ceinture de sécurité contribue à sauver 23 vies supplémentaires. Étant donné que chaque décès coûte 1,5 million de dollars à la société, une hausse du taux d'utilisation de l'ordre d'un point de pourcentage correspond à une économie de 34,5 millions de dollars.

Milieu de années 1980 : Le système de freins antiblocage (ABS)

ABS est une abréviation qui signifie Anti-lock Braking System (système de freins antiblocage). Ce système a été conçu pour aider le conducteur à garder un certain contrôle de la direction et à empêcher le véhicule de déraper lors du freinage. L'ABS fait maintenant partie de l'équipement de série sur la majorité des véhicules vendus au Canada. L'ABS qui équipe les voitures et les véhicules à usages multiples agit sur les quatre roues. Il favorise la stabilité directionnelle et permet le contrôle du véhicule tout en maximisant le freinage.

1987 : Le feu de freinage central surélevé

Le feu de freinage central surélevé fut adopté en 1987. Il s'agit d'un feu additionnel monté à l'arrière d'un véhicule, en position surélevée. Lorsque le conducteur actionne la pédale de frein, ce feu s'allume en même temps que les feux de freinage installés en position inférieure. Il est visible par les usagers qui suivent la voiture et qui pourraient ne pas être en mesure de voir les feux de freinage inférieurs.

1990 : Les phares de jour

Depuis le 1er décembre 1989, tous les véhicules automobiles destinés à être vendus au Canada sont équipés de phares de jour. Ces feux s'allument automatiquement pendant la journée et rendent le véhicule plus visible aux autres usagers de la route.

1996 : Marquages de perceptibilité des remorques routières

Les bandes réfléchissantes de perceptibilité rouges et blanches qui équipent toutes les grandes remorques ont été adoptées en 1996. La nuit, ces dispositifs réfléchissants permettent une détection anticipée des remorques de grand gabarit et aident les automobilistes à ne pas entrer en collision avec des semi-remorques en stationnement ou en manoeuvre.

2007 : Les dispositifs antidémarrage

Obligatoire sur tous les véhicules depuis 2007, le dispositif antidémarrage rend difficile le démarrage du moteur sans l'avoir préalablement désarmé à l'aide d'un code électronique le plus souvent transmis par une clé codée ou un clavier à combinaison. Ces antidémarrages diminuent les vols de véhicules et les virées en voiture volée.

2011 : Tous les véhicules neufs devront être équipés d'un système de contrôle de stabilité (ESC)

L'ESC (contrôle électronique de la stabilité) est un système d'évitement des collisions qui équipe bon nombre de véhicules récents. L'ESC vous aidera à garder la maîtrise de votre véhicule si vous devez donner un coup de volant ou freiner brusquement pour éviter un obstacle. Transports Canada a établi la nouvelle Norme de sécurité des véhicules automobiles du Canada 126 qui exige que l'ESC soit installé sur les voitures de tourisme, les véhicules à usages multiples, les camions et les autobus dont le poids nominal brut est de 4 536 kg ou moins et qui seront fabriqués à partir du 1er septembre 2011.


Collision de voitureCollision de voiture
Lors de l'essai de collision entre deux voitures de marque Chevrolet, l'habitacle de la Malibu 2009 est resté intact (à gauche ci-dessous) alors que celui du véhicule Bel Air de 1959 (à droite) s'est effondré.

Mesures de prévention d'ingénierie en sécurité routière qui contribuent à faire baisser le nombre de blessures graves et de décès sur nos routes

Les routes à chaussées séparées

Les routes à chaussées séparées comprennent une barrière centrale ou une bande de terrain qui permettent de séparer les véhicules se déplaçant en sens opposé, ce qui réduit le nombre de collisions frontales, souvent mortelles. Le fait de changer le format des routes à chaussée unique en routes à chaussées séparées peut contribuer à réduire jusqu'à 60 % l'ensemble du nombre de collisions.

Les bandes rugueuses sur l'accotement

Les bandes rugueuses sur l'accotement contribuent à prévenir les collisions impliquant un seul véhicule qui quitte la route. Ces bandes produisent du bruit et des vibrations avertissant les conducteurs inattentifs ou somnolents qui roulent trop près de l'accotement. Elles sont souvent utilisées sur les autoroutes et les routes rurales et peuvent réduire jusqu'à près de 20 % le nombre de collisions impliquant un seul véhicule qui quitte la route.

Les barrières rigides

Les barrières rigides installées sur les accotements ou les terre-pleins centraux empêchent les véhicules à la dérive de quitter la chaussée et d'avoir un accident plus grave. Ces barrières peuvent réduire jusqu'à 52 % le nombre d'accidents mortels.

Les carrefours giratoires

Un carrefour giratoire est une intersection où les véhicules circulent autour d'un îlot central, dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. La transformation d'intersections avec signaux d'arrêt ou feux de signalisation en carrefours giratoires peut réduire de 40 % le nombre de collisions, et de 80 % le nombre d'accidents mortels ou occasionnant des blessures.

Les voies de dépassement

Les voies de dépassement peuvent être ajoutées à une route à deux voies sur une longueur limitée. Elles offrent aux conducteurs la possibilité de dépasser, de façon sécuritaire, les véhicules qui roulent plus lentement et réduisent de ce fait la tentation de prendre des risques. Les voies de dépassement peuvent réduire jusqu'à 38 % l'ensemble des collisions et jusqu'à 29 % cent le nombre de collisions graves.

Programmes de perfectionnement des conducteurs

Conduite avec facultés affaiblies

Des progrès considérables ont été accomplis dans la lutte contre le problème de la conduite avec facultés affaiblies. Depuis que le Parlement du Canada a adopté, en 1969, une loi non discrétionnaire limitant le taux d'alcoolémie à 80 mg par litre de sang, le nombre de conducteurs aux facultés affaiblies a considérablement diminué sur les routes. Entre-temps, le Code criminel du Canada a connu un certain nombre d'améliorations et de consolidations. La modification la plus récente, qui remonte à 2008, s'accompagne de sanctions alourdies et de la mise en application d'une procédure d'enquête sur la conduite avec facultés affaiblies par les drogues. Une fois de plus, le gouvernement examine les lois sur la conduite avec facultés affaiblies et étudie un certain nombre d'options recommandées par le Comité permanent de la justice et des droits de la personne.

Les programmes provinciaux et territoriaux de lutte contre la conduite avec facultés affaiblies ont, eux aussi, produit des effets positifs appréciables. Ceux-ci comprennent notamment des examens médicaux obligatoires, des suspensions routière à court terme pour les taux d'alcoolémie modérés et des suspensions administratives du permis de conduire. La mise en place des antidémarreurs avec éthylomètre en 1992 a également contribué à faire diminuer la présence de conducteurs avec facultés affaiblies sur les routes.

L'obtention par étapes du permis de conduire

Dans le milieu de années 1990, les provinces et les territoires ont commencé à instaurer des programmes d'obtention par étapes du permis de conduire reposant sur la présentation d'épreuves de conduite de plus en plus complexes aux nouveaux conducteurs à mesure qu'ils deviennent plus expérimentés. Ces programmes ont contribué à réduire nettement le nombre de blessures et de décès parmi les jeunes conducteurs. L'amélioration de ces programmes continue avec l'ajout de restrictions visant l'utilisation d'appareils de télécommunication pour l'ensemble de cette catégorie de conducteurs.

La sensibilisation à la sécurité routière

Par l'entremise du Comité canadien pour la sécurité routière mondiale, le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux et territoriaux ainsi que d'autres organismes spécialisés agissent pour mieux sensibiliser le public à l'importance de la sécurité routière. Depuis 2008, le Comité et ses organismes membres dirigent des activités complétant la Journée nationale du souvenir des victimes de la route.

En 2007, le Canada a parrainé la participation de huit jeunes Canadiens à la Semaine mondiale des Nations Unies sur la sécurité routière à Genève. Cette participation a donné lieu à une déclaration des jeunes présentée à l'Assemblée générale des Nations Unies et qui a donné naissance au Comité canadien de la jeunesse pour la sécurité routière.

Source: Transports Canada. Sécurité des routes et des véhicules automobiles