Main navigation French

Canadian Public Health Association

Portrait des communautés (région de l'Outaouais, Québec)

Bannière du Portrait des Communautés de l
ÉcoutezÉcoutez (MP3 : 10:00)

Bien connaître une communauté est la première étape, et peut-être la plus importante, pour améliorer la qualité de vie de ses citoyens. Pour mieux comprendre les besoins, les caractéristiques et le potentiel de développement de leurs communautés dans la région de l'Outaouais, au Québec, plusieurs organismes ont formé ensemble le Comité des partenaires du Portait des communautés.

« Tous ces partenaires avaient le même objectif : de décrire, de documenter comment se situent les communautés des différents territoires de l'Outaouais » dit Geneviève d'Amours, chef intérimaire de l'administration des programmes de santé publique à la Direction famille et communauté du CSSS de Gatineau. Le groupe a mis des fonds et des ressources en commun pour créer un profil qualitatif et quantitatif très complet et détaillé.

Des partenariats solides

Le nombre de partenaires du comité est rapidement passé de cinq à 14. Des organismes gouvernementaux et communautaires, des organismes de culture et de loisirs, le secteur du développement, l'Agence de la santé et des services sociaux de l'Outaouais, les Centre de santé et de services sociaux SSS et l'Université du Québec en Outaouais ont compté parmi les groupes participants.

« Le principal facteur qui a nous a permis de réaliser ce projet-là, c'était la force de notre partenariat, dit Mme D'Amours. Il aurait été impossible de réaliser un projet comme ça si on n'avait pas eu la contribution de chacun de nos partenaires. »

Tous les partenaires ont accepté de contribuer financièrement ou en ressources et matérielle. Bientôt, ils ont eu accès à de nombreuses bases de données et à un budget de près de 300 000 $. Ils ont puisé à plusieurs sources pour étayer le projet, dont les données du Recensement de 2006 de Statistique Canada, les bases de données policières sur les délits contre les biens commis dans chaque secteur, les données de fréquentation des bibliothèques, l'information sur la disponibilité des soins pour les personnes âgées, la participation aux élections régionales, et plus encore.

Une nouvelle méthode

La plupart des profils socio-économiques et démographiques de cette nature sont élaborés à grande échelle en regroupant de nombreuses régions. Le Comité des partenaires du Portait des communautés s'y est pris autrement; il a décidé d'observer l'Outaouais à travers une lentille plus fine. La région a été divisée en 106 communautés de 2 000 à 6 000 résidents chacune. Cette formule a permis au personnel d'effectuer davantage de recherche quantitative.

« Ils ont fait des rencontres dans chacune des communautés pour déterminer quelles sont les forces de ces communautés, quels sont ses défis » dit Monique Dion, coordonnatrice des Partenaires du secteur d'Aylmer. « [On leur a demandé] Est-ce qu'il y a des pistes d'action sur lesquelles on devait travailler pour améliorer la qualité de vie des citoyens et éventuellement de mieux soutenir le développement de ces communautés? »

On a combiné les données socio-économiques, sociosanitaires et démographiques de manière à créer deux nouveaux indices, qui ont servi à classer chaque communauté. L'indice sociosanitaire regroupe les données sur la mortalité, l'invalidité et les délits contre les biens. L'indice de défavorisation concerne la population, la situation de famille, l'état matrimonial, l'instruction, le revenu, le logement, l'emploi, etc. Ces deux indices ont été pointés l'un par rapport à l'autre pour déterminer l'état de vulnérabilité et de défavorisation de chaque communauté et pour repérer celles ayant le plus besoin d'aide.

Un profil qui sert à aborder les déterminants sociaux

Le profil étant très détaillé, les chercheurs sont capables de voir les zones défavorisées au premier coup d'oeil. Aylmer, par exemple, est généralement considérée comme un secteur favorisé en Outaouais. Les revenus y sont généralement élevés, et c'est l'un des secteurs les mieux classés du point de vue de la scolarité, mais à y regarder de plus près, on y trouve un grand nombre de familles vulnérables.

Pendant que le profil était en cours d'élaboration, Monique Dion travaillait sur un projet pilote, La Voix des parents, qui offrait aux parents d'enfants de la naissance à 5 ans la possibilité de définir leur vision d'un quartier chaleureux, optimal pour le développement de leurs tout-petits. « Le projet au départ, on n'avait pas tout-à-fait des informations aussi précises, dit Mme Dion, mais à mesure qu'on a travaillé au sein du Portrait des communautés, on a obtenu ces informations-là, et ça a évolué parce que le projet Voix des parents, ça nous a permis d'avoir certaines informations, certains besoins, au niveau de ces familles vulnérables-là, et on est en mesure de mieux cibler nos actions qu'on le fait présentement. »

Des obstacles à surmonter

Comme dans tout projet de cette envergure, des obstacles et des contretemps sont à prévoir. « Autant le partenariat facilite la réalisation du projet, autant ça l'a complexé, parce qu'on est plusieurs à s'assurer que tout le monde est content, dit Geneviève D'Amours. Ça nous a amenés à avoir un peu de retard... C'est plus difficile quand nous sommes plusieurs à mettre son grain de sel. »

Le plan d'origine était de terminer le Portait des communautés en un an. En réalité, il en a fallu deux pour recueillir toutes les données, et un an de plus pour réaliser le site Web et achever les documents d'accompagnement.

« Autre que ca, la mobilisation, d'identifier des personnes pour participer aux rencontres dans chacune des communautés, fut également un énorme défi, reconnaît Mme D'Amours. C'est très difficile de trouver des personnes qui sont engagées dans leur communauté. »

L'avenir du projet

Toutes les données et les rapports résultant du projet sont publiés sur un site Web spécialisé : Portrait des communautés de l'Outaouais. Le site regorge de ressources. Il contient même une carte interactive indiquant les chiffres pertinents dans chaque communauté. Les utilisateurs peuvent faire une recherche par enjeu social ou économique pour voir les besoins dans chaque secteur. L'information peut être utilisée par n'importe quel organisme pour éclairer ses décisions sur les politiques, la santé et le développement. Ces données plus précises permettent de cibler plus finement les déterminants sociaux de la santé propres à chaque secteur.

« Les partenaires comprennent mieux le portait de la communauté et ils comprennent pourquoi on fait des interventions à certains quartiers plus que d'autres, dit Monique Dion. Donc ils sont d'accord avec ces priorités-là et ils utilisent ces connaissances quand ils font leurs propres activités, plans d'actions, quoi que ce soit. »

Ressources Outaouais

Portrait des Communautés de l'Outaouais
C'est le site Web à visiter pour explorer le projet. Parcourez la carte interactive qui dépeint les 106 communautés de l'Outaouais pour trouver des informations démographiques, des statistiques sociales et des données socio-économique ciblées. Découvrez les infrastructures et les organismes en place. Le site contient aussi les profils de chaque communauté et un profil régional.