Main navigation French

Canadian Public Health Association

Mener le juste combat : Stratégie globale pour diminuer les quantités de sodium dans l'alimentation

Cela fait un certain temps que les organismes de santé sont préoccupés par la nécessité pour le gouvernement du Canada d'intervenir sur le problème de la consommation de sodium. Le sodium est un élément que l'on trouve dans le sel blanc et dans de nombreux aliments qui font partie de notre régime alimentaire. La consommation de sodium est l'un des facteurs de maladie du coeur les plus manifestement modifiables, puisque la diminution du sodium a un effet presque immédiat sur l'hypertension artérielle, un facteur de risque notable pour les accidents vasculaires cérébraux et les maladies du coeur.

Étiquetage nutritionnel

Presque tous les Canadiens consomment trop de sodium. Les chiffres publiés par Statistique Canada indiquent qu'un Canadien consomme en moyenne plus de 3 100 mg de sodium par jour alors que la dose journalière convenable se situe entre 1 200 et 1 500 mg.

En 2007, 17 organismes de santé canadiens se sont réunis pour exhorter le gouvernement fédéral à établir des objectifs progressifs visant à réduire l'apport en sodium dans l'alimentation, à surveiller les progrès accomplis et à informer les consommateurs. « Si nous avions découvert qu'un additif alimentaire était à l'origine de 30 % de tous les cancers, on prendrait des mesures sans plus attendre. La même démarche est nécessaire à l'égard du sodium alimentaire afin de prévenir les accidents vasculaires cérébraux, les maladies du coeur et d'autres maladies vasculaires » affirme le docteur Kevin Willis, directeur du Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires.

Selon Santé Canada, la marche à suivre pour établir des objectifs de réduction de la teneur en sodium dans les aliments est complexe. Le sodium est utilisé à titre d'agent aromatisant, conservateur et antibactérien et a de nombreuses incidences sur la texture et la structure des aliments. En 2007, le gouvernement du Canada a mis sur pied le Groupe de travail sur la réduction du sodium alimentaire qui, en 2009, a recommandé de réduire l'apport journalier en sodium à 2 300 mg par personne d'ici à 2016. Cet objectif était fondé sur le principe que les cibles de diminution sodium soient volontaires, tangibles, graduelles, réalistes, faisables, mesurables et inscrites dans la durée.

Pour atteindre l'objectif visé, il faudra que la population canadienne soit mieux informée sur la quantité de sodium contenue dans les aliments. L'étiquetage nutritionnel obligatoire des aliments préemballés viendra en aide aux consommateurs car le sodium fait partie des éléments nutritifs énumérés.

Les consommateurs canadiens peuvent « mener le juste combat » en :

  • choisissant des aliments à faible teneur en sodium tels que les produits frais et non transformés;
  • lisant les étiquettes nutritives pour faire des choix alimentaires éclairés;
  • recherchant les aliments sans sel, à faible teneur en sodium ou dont la quantité de sodium est réduite;
  • préparant les aliments avec peu de sel ou sans en ajouter et en essayant d'autres arômes possibles telles que les fines herbes et les épices

Le Groupe de travail sur la réduction du sodium alimentaire a publieé, au cours de l'été 2010, son Rapport stratégique, comprenant notamment un cadre de surveillance et d'évaluation.

Pour en savoir plus

Source d'image :Santé Canada