Main navigation French

Canadian Public Health Association

Les vitamines et les minéraux

Plusieurs maladies que l'on croyait contagieuses il y a 100 ans sont aujourd'hui attribuées à la malnutrition.  L'idée qu'une carence en vitamines puisse déclencher une maladie a été publiée à l'origine en 1912.

L'enrichissement des aliments

L'enrichissement des aliments consiste en l'ajout de vitamines et de minéraux aux aliments. Le Règlement sur les aliments et drogues autorise l'enrichissement des aliments afin :

  • de restituer les vitamines et les minéraux perdus au cours de la transformation;
  • d'agir à titre de mesure d'intervention en santé publique;
  • d'assurer l'équivalence nutritionnelle d'aliments de substitution ou de succédanés;
  • d'assurer la composition nutritive adéquate en vitamines et en minéraux des aliments destinés à des fins diététiques particulières.

Santé Canada contrôle l'ajout de vitamines et de minéraux aux aliments pour aider les Canadiens à consommer les nutriments dont ils ont besoin, tout en les protégeant contre une consommation excessive d'un nutriment donné. La réglementation s'applique à tous les produits alimentaires vendus au Canada.

En 2005, Santé Canada a proposé une nouvelle réglementation sur l'enrichissement des aliments. Elle maintient les pratiques d'enrichissement actuelles qui visent à prévenir et à corriger certains problèmes nutritionnels, comme l'enrichissement du lait en vitamine D et l'adjonction d'acide folique à la farine, et à restituer les vitamines et les minéraux perdus au cours de la transformation.

La politique proposée offrirait également aux fabricants l'option d'ajouter certaines vitamines et certains minéraux à une gamme élargie d'aliments selon des seuils sécuritaires établis par Santé Canada. La proposition n'a pas encore été adoptée.

Historique de l'enrichissement des aliments

  • Au cours des premières décennies du XXe siècle, la maladie béribérique et la cécité chez certains segments de la population vivant à Terre-Neuve-et-Labrador ont amené les autorités sanitaires à imposer l'ajout obligatoire du calcium (sous forme de poudre d'os), de fer, et de vitamine B à la farine puis, dans les années 1940, de la vitamine A à la margarine.
  • En 1946, selon des enquêtes sur la nutrition en Colombie-Britannique et en Saskatchewan révèlent qu'environ 21 % des enfants présentaient au moins un signe clinique de carence en vitamine A et environ 50 % des enfants d'âge scolaire présentaient des signes d'un historique de rachitisme.
  • L'iodinisation du sel est rendue obligatoire en 1949, ce qui a permis d'éradiquer le goitre au Canada.
  • La modification de la réglementation en 1965 afin d'imposer l'ajout obligatoire de la vitamine D dans le lait a permis d'endiguer un problème répandu de rachitisme chez les enfants.
  • La première enquête nationale exhaustive sur la nutrition au Canada a été réalisée entre 1970 et 1972; elle révèle chez plusieurs segments de la population des carences courantes en fer, en calcium, en vitamine D, et en protéines.
  • L'enquête révèle en outre qu'environ 50 % de la population présentait un surpoids.

Pour en savoir plus