Main navigation French

Canadian Public Health Association

La sécurité et la prévention des blessures chez les passagers enfants

Les blessures résultant d'accidents de véhicules automobiles sont la principale cause de mortalité chez les enfants au Canada. Même s'il faut agir pour diminuer les risques d'accident de la route, il est essentiel de prendre des mesures visant à réduire les risques de blessures occasionnés par un accident. Les collisions de véhicules automobiles peuvent causer divers genres de blessures graves. Les enfants sont particulièrement exposés aux blessures à la tête, surtout s'ils ne sont pas retenus de manière convenable.1, 2 On peut réduire le risque de blessure chez les enfants en les protégeant à l'aide d'un dispositif de retenue adapté à leur âge et utilisé de façon correcte.3, 4 Pour atteindre cet objectif, il faut s'efforcer d'adopter un certain nombre de stratégies de protection des enfants parallèlement à la sécurisation des routes.

logo des SécuriJeunes CanadaL'utilisation d'un dispositif approprié de retenue des occupants fait partie intégrante de la solution. Une analyse récente des blessures subies par des passagers enfants montre que 92 % des nourrissons, 74 % des tout-petits et 96 % des enfants d'âge scolaire n'utilisaient pas le dispositif de retenue approprié au moment de l'accident.5 Afin d'être protégés convenablement en tout temps, les enfants devraient passer par quatre étapes de dispositif de retenue fondées sur leur âge et leur poids :

  1. Le siège d'auto orienté vers l'arrière pour les enfants jusqu'à l'âge de un an et pesant jusqu'à 22 livres (10 kg).
  2. Le siège d'auto orienté vers l'avant pour les enfants pesant jusqu'à 40 livres (18 kg), poids normalement atteint à l'âge de 4 ou 5 ans.
  3. Le siège d'appoint pour les enfants pesant jusqu'à 80 livres (36 kg) et dont la taille ne dépasse pas 57 pouces (145 cm), un poids et une taille qui, en général, ne sont pas atteints avant l'âge de 9 ans.
  4. La ceinture de sécurité.

Pour être efficaces, les dispositifs de retenue pour enfants doivent être utilisés correctement. Une utilisation convenable permet de placer les sangles du siège d'auto ou les ceintures de sécurité sur les parties du corps de l'enfant de manière à assurer un amortissement optimal des forces d'impact d'un accident.6 Le fait de passer trop rapidement d'un dispositif de retenue à un autre ou de sauter entièrement une étape peut se révéler dangereux pour l'enfant. Par exemple, l'installation prématurée d'un bébé dans un siège d'auto orienté vers l'avant l'expose, par conséquent, à des risques accrus d'éjection.7 En outre, il est fréquent de faire passer les enfants directement du siège d'auto à la ceinture de sécurité en omettant complètement l'étape du siège d'appoint. Permettre à un enfant de passer directement à la ceinture de sécurité alors qu'il n'est pas suffisamment grand l'expose à des risques de blessures graves ou à la mort en cas d'accident de la route. Les médecins désignent par « syndrome de la ceinture de sécurité » les lésions graves qui peuvent toucher la colonne vertébrale ou les organes internes des enfants qui étaient trop petits pour se limiter au simple port de la ceinture de sécurité.

Lorsqu'on les utilise convenablement, les dispositifs de retenue des occupants peuvent réduire de manière considérable les risques de blessure et le nombre de décès chez les enfants :

  • Les sièges d'auto pour enfants peuvent réduire les risques de décès de 71 % pour les nourrissons de moins de un an et de 54 % pour les enfants âgés de un à quatre ans.8
  • Ils peuvent faire baisser les risques d'hospitalisation de 67 % pour les enfants de moins de quatre ans.9
  • Les sièges d'appoint offrent une protection accrue de 59 % comparativement au seul port de la ceinture de sécurité.10

Les textes législatifs influencent le cours des événements en vue d'accroître la sécurité des enfants sur la route.11 Dans les années 1970 et 1980, le nombre de personnes tuées ou grièvement blessées lors d'accidents de la route a convaincu les législateurs de mettre en vigueur des lois sur le port de la ceinture de sécurité. Dans le cas des enfants, le constat de statistiques similaires ne tarda pas à donner suite à des lois régissant l'utilisation de sièges d'auto pour enfants. Les textes de loi ont une incidence directe sur les comportements. Les recherches montrent qu'à ce jour, 90 % des Canadiens portent la ceinture de sécurité,12 et qu'au moins 75 % de la population utilisent les sièges d'auto pour enfants.13

À l'heure actuelle, des mesures législatives semblables sont nécessaires dans le domaine des sièges d'appoint. Au Canada, presque les trois quarts des enfants âgés de 4 à 9 ans ne sont pas protégés par ce dispositif de retenue.14 Comme nous l'avons déjà mentionné, les sièges d'appoint offrent une protection supérieure de 59 % comparativement au seul port de la ceinture.15 Même si des lois sont déjà en vigueur dans un certain nombre de provinces, notamment en Colombie-Britannique, en Ontario, au Québec, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, à l'île-du-Prince-Édouard ainsi qu'à Terre-Neuve et au Labrador, SécuriJeunes Canada accueille favorablement l'adoption rapide de lois sur les sièges d'appoint par les provinces qui ne sont pas dotées de mesures visant ce domaine important de la sécurité des passagers enfants.

Parallèlement à l'adoption et à l'application de lois, des campagnes de sensibilisation sont nécessaires partout au Canada pour faire savoir que l'utilisation appropriée de dispositifs de retenue des passagers enfants est essentielle pour assurer leur sécurité sur la route. Il est également nécessaire que le gouvernement investisse davantage dans la sécurité des passagers enfants, notamment dans la recherche consacrée à la conception et à l'utilisation des sièges d'auto. La sécurité des passagers enfants est un sujet de préoccupation essentiel dans la prévention des blessures et, à cet égard, l'utilisation de dispositifs de retenue qui leur sont dédiés doit être considérée comme prioritaire dans une optique de soins de santé préventifs.

Il est possible d'atténuer la gravité des blessures subies par les enfants lors d'accidents de la route en adoptant une démarche coordonnée dont l'axe principal est la sécurité. Une stratégie concertée qui engloberait l'adoption de lois, la sensibilisation et la répression des infractions constitue la meilleure façon de rendre les routes plus sécuritaires pour les enfants.

Source : Pamela Fuselli, directrice générale, SécuriJeunes Canada


  1. Muszynski C, Narayan Y, Pintar F, Gennarelli T. « Risk of Pediatric Head Injury After Motor Vehicle Accidents. » Journal of Neurosurgery (Pediatrics 4) 2005; 102:374-379.
  2. Durbin D, Elliott M, Winston F. « Belt-Positioning Booster Seats and Reduction in Risk of Injury Among Older Children in Vehicle Crashes. » Journal of the American Medical Association 2003; 289(21):2835-2840.
  3. Inbed.
  4. Weber K. « Crash Protection for Child Passengers: A Review of Best Practice. » UMTRI Research Review. Sept 2000, 1-28, 31.
  5. Chouinard A, Hurley R. Towards the Development of a National Restraint Survey. Transport Canada. Paper presented at the Canadian Multidisciplinary Road Safety Conference, XV, Fredericton, New Brunswick, June 2005.
  6. Weber, K. « Crash Protection for Child Passengers: A Review of Best Practice. » UMTRI Research Review. Sept 2000, 1-28, 31.
  7. Howard A, McKeag A, Rothman L, Reid D, Letts M, Comeau J, Monk B, German A. Ejections from Child Restraint Systems in Rollovers: Observations from Read World Collisions. Presented at the Canadian Multidisciplinary Road Safety Conference XII, London, Ontario, June 2001.
  8. National Highway Traffic Safety Administration. Research note: revised estimates of child restraint effectiveness. Washington, D.C: US Department of Transportation. National Highway Traffic Safety Administration, 1996. Report No. 96.855. www-nrd.nhtsa.dot.gov/pdf/nrd-30/NCSA/RNotes/1996/childest.pdf
  9. Kahane C. An Evaluation of Child Passenger Safety: The Effectiveness and Benefits of Safety Seats. Washington, DC: US Department of Transportation. National Highway Traffic Safety Administration, 1986. Report No. 806 890. www.nhtsa.dot.gov/cars/rules/regrev/Evaluate/806890.html
  10. Durbin D, Elliott M, Winston F. « Belt-Positioning Booster Seats and Reduction in Risk of Injury Among Older Children in Vehicle Crashes. » Journal of the American Medical Association 2003; 289(21):2835-2840.
  11. Peden M, et al (editors). World Report on Road Traffic Injury Prevention. World Health Organization. 2004.
  12. Canadian Council of Motor Transport Administrators. Road Safety Vision 2010: Making Canada's Roads the Safest in the World. 2002 Annual Report.
  13. Transport Canada. Child Restraint Use in Canada: 1997 Survey Data. Ottawa. www.tc.gc.ca/roadsafety/
  14. Safe Kids Canada. National Child Passenger Safety Survey Results. 2004.
  15. Durbin D, Elliott M, Winston F. « Belt-Positioning Booster Seats and Reduction in Risk of Injury Among Older Children in Vehicle Crashes. » Journal of the American Medical Association 2003; 289(21):2835-2840.